Abonnez-vous
7 janvier 2013 at 22:45

Portefeuille électronique et paiement mobile : Attitude et comportements du consommateur

thumbnail (4)Avec un nombre grandissant de consommateurs propriétaires de téléphones intelligents, le potentiel du paiement mobile est énorme. Selon une étude réalisée par Gartner en mars 2011, le nombre d’usagers réalisant des paiements mobiles est passé de 102,1 millions en 2010 à 141,1 millions en 2011. Le scénario est similaire au niveau du volume de paiements mobiles mondial, qui selon Jupiter Research devrait passer de 240 milliards de dollars (2011) à 670 milliards de dollars en 2015.

Face à cette croissance, nombreuses sont les compagnies qui se lancent actuellement dans la course aux options de paiement mobile.

Le billet suivant a donc pour objectif de faire lumière sur les attitudes ainsi que sur les comportements des consommateurs en regard du portefeuille électronique ainsi que du paiement mobile.

Attitude envers le paiement mobile

L’intérêt pour les technologies relatives au portefeuille électronique est relativement généralisé à travers les différentes tranches d’âge. En effet, une étude d’eMarketer (2011) a démontré que 11% des internautes américains âgés de 13 à 34 ans sont très intéressés par ces technologies. Chez les 35-44 ans, 7% se disent très intéressés et 16% intéressés. Le pourcentage d’internautes intéressés par le paiement mobile se chiffre à 20% chez les 45 à 54 ans.

Au-delà de l’intérêt, 69% des répondants reconnaissent l’utilité de cette méthode de paiement et 64% disent qu’ils l’adopteront le jour où il sera possible de réaliser la majorité de leurs paiements via leur téléphone intelligent (Accenture 2011). Dans le même ordre d’idée, une étude réalisée par eMarketer en mai 2011 a sondé les consommateurs anglais afin d’identifier les raisons qui justifieraient l’utilisation de cette technologie. La facilité (87%) et la rapidité de paiement (67%) ainsi que la facilité par rapport au fait de transporter de l’argent ou des cartes (67%) sont trois principaux incitatifs à l’adoption d’un téléphone intelligent détenant des capacités de paiement mobile.

Malgré l’attitude généralement positive en lien avec le paiement mobile, il existe des freins à l’utilisation de cette technologie. La firme Accenture a présenté en 2011 une étude qui permet de mieux comprendre ces derniers. Chez les consommateurs américains et européens, le premier frein à l’utilisation est l’inquiétude quant à la gestion de la vie privée (79%) suivi des craintes relatives à la fraude et au vol d’identité (77%).

En lien avec ces craintes, les consommateurs ont des niveaux de confiance différents par rapport aux joueurs qui sont actuellement dans la course à l’offre de services de paiement mobile. Le tableau suivant présente la confiance des internautes américains en regard des différentes compagnies :

Comportements du consommateur en regard du paiement mobile

Aux delà de l’attitude, il est intéressant de se pencher sur le comportement du consommateur afin de mieux comprendre quels types de produits sont achetés via ce mode de paiement et dans quels contextes les paiements mobiles sont réalisés.

Selon une étude réalisée par Google et Ipsos en 2011, les produits de divertissement (48%), les produits électroniques (45%), les vêtements (45%), les services de wifi mobile (34%), les produits relatifs au voyage (34%), les fournitures de bureaux (28%), les produits de beauté (26%) ainsi que les bijoux et montres (24%) sont les produits/services les plus achetés via la mobilité chez les consommateurs américains qui possèdent un téléphone intelligent.

En lien avec les contextes d’utilisation, comScore a publié une étude en février 2011 sur les comportements d’utilisation des usagers japonais en regard du paiement mobile, et ce, afin de dresser un portrait des lieux dans lesquels l’utilisation de la technologie de type near-field communications (NFC) était la plus fréquente. Le tableau suivant présente les résultats de cette étude :

Les études en lien avec les types de produits/services achetés via la mobilité ainsi que sur les différents lieux de paiements mobiles démontrent que l’utilisation que font les consommateurs des paiements mobiles est déjà relativement diversifiée et présente dans différents contextes d’achats. Somme toute, il est donc possible de croire que le paiement mobile et éventuellement le portefeuille électronique vont rapidement se présenter comme ayant une valeur ajoutée pour les consommateurs, et ce, une fois les craintes relatives à la protection de la vie privée et à la fraude atténuées.

Valérie Gohier
Directrice conseil, imarklab

 
Souce : eMarketer, Septembre 2011, « Mobile Payments: Moving Closer to a World Without Wallets »

 

 

Propulsé par DT Author Box

écrit par imarklab

imarklab

En collaboration avec INSPIRO, imarklab propose une série de billets de blogue sur le marketing électronique, les médias sociaux ainsi que sur les comportements du consommateur Web et mobile. imarklab est le partenaire de commercialisation de la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier de HEC Montréal et se compose de consultants et chercheurs expérimentés dans le domaine du marketing interactif et de l’expérience utilisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = 13

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>